samedi 10 décembre 2011

Sur la route... Singapore, Bangkok et Sydney!

À Bangkok avec une nouvelle amie ;)
Seulement une petite mise à jour, je n'ai pas eu beaucoup de temps au cours des derniers jours pour vous décrire mes aventures. J'en aurais encore moins durant les 2 prochainnes semaines! Je reviens d'une semaine à Bangkok, d'une journée à Singapore et je suis maintenant à Sydney, où je pars pour Melbourne ce soir, pour ensuite attaquer la fameuse Great Ocean Road et Uluru dans le outback Australiens. Je vais me consacrer à l'écriture entre Noel et le jour de l'an, pour vous raconter tout ça. D'ici là, patience et planifiez vos prochainnes aventures ;)
A+

jeudi 17 novembre 2011

Auschwitz.

Porte de Auschwitz.
« Arbeit Macht Frei » Le travail rend libre.

C’est le signe qui dominait la porte d’Auschwitz, pour rappeler aux prisonniers la raison pour laquelle ils étaient dans ce camp.
Ce n’était pas le premier camp de concentration Nazi que je visitais depuis que je voyage en Europe, mais c’est définitivement le dernier ! Je crois qu’il était important que j’aille sur place et cela pour plusieurs raisons, rendre hommage aux victimes de l’holocauste, voir de mes propres yeux le lieu du massacre, mais aussi pour essayer de comprendre non seulement l’ampleur, mais a quel point l’humain peut-être dangereux, une folie organisée dans les moindres détailles !

À l'intérieur de Auschwitz 1.
Comment s’y rendre ? Très simple, une fois à Cracovie, vous pouvez tout simplement prendre l’autobus à partir de la gare centrale de la ville, un aller retour coûte 26 Zlotys, ce qui fait 8$ Canadiens et le trajet prend environ 1h30. L’entrée sur le site, qui comprend la visite guidée des 2 camps soit Auschwitz et Birkenau (Auschwitz 2), coûte 40 Zlotys et est extrêmement intéressante. Les guides sont très professionnelle et donne une excellente qualité d’information.
La visite commence sur le site du premier camp, qui était auparavant des baraques de l’infanterie de l’armée Polonaise. L’endroit servait de centre administratif pour la division SS en charge des camps, c’est également la où se trouvait le fameux bloque 11, le bloque de la torture ainsi que la clinique du camp, ou de nombreuse expériences ont été effectuées sur les prisonniers. Plus spécifiquement sur les enfants qui étaient des jumeaux identiques, les médecins Nazi étaient fascinés par le phénomène.
Poste de garde.

Un autre fait marquant est la quantité impressionnante de biens personnels, qui appartenaient aux prisonniers. Ces derniers amenaient toutes leurs possessions, ils n’étaient bien-sûr pas au courant qu’ils s’en allaient dans un tel endroit, la raison que les Nazi leur donnaient était qu’ils étaient relocaliser et qu’ils allaient leur donner un travail une fois arrivé à destination. Certains des prisonniers payaient même leur billet de train pour se rendre, les autres qui n’en avaient pas les moyens avaient une entente comme quoi ils auraient simplement à rembourser plus tard, une fois installée. Donc pour revenir à leurs biens personnelles, une fois qu’ils arrivaient au camp, les gardes s’emparaient de leurs valises et leurs rasaient les cheveux, le tout était ensuite trier et renvoyer au cœur du Reich pour servir au peuple assez digne pour y habiter ! Selon notre guide la quantité de cheveux et de biens personnelles qui est exposée est très minime comparée aux nombres de gens qui ont franchi la porte du camp. Pensez à tout ce vous emmenez en voyage, brosse à dents, vêtements, etc.… Maintenant pensez à ce vous emmenez avec vous si vous n’êtes pour ne plus jamais revenir chez vous ! Ça vous donne une idée a quel point c’est impressionnant de voir tout ça.
La deuxième visite est Birkenau, aussi baptisé Auschwitz 2. C’est là que l’exécution de masse à eu lieux. Les wagons arrivaient à même le camp, les gens débarquaient et passaient au tri. Ceux qui étaient jugé assez en forme pour travailler étaient guidés vers leur baraque et donner un uniforme pas du tout adapter à la température des hivers ou été Polonais. Environs 75% de chaque nouvel arrivage était jugé « unfit » pour travailler et étaient envoyer directement aux chambres à gaz. L’espérance de vie pour un homme qui travaillait au camp était de trois mois et 28 jours pour une femme, les conditions étaient horribles, je n’arrive toujours pas y croire même un mois après la visite.
Cannes de Zyclon B, 1/100 personnes.

On ne connaîtra jamais le nombre réel de victime qui sont passé par Auschwitz 1, 2 et 3. Les Nazis ont accéléré les exécutions, qu’ils appelaient, la « Solution Finale », et donc n’ont pas prit le temps d’enregistrer tous les prisonniers. Seulement ceux qui étaient jugé assez en forme pour travailler recevaient un numéro de série et Auschwitz était le seul camp où ces numéros étaient tatoués sur les prisonniers. Les experts estiment qu’environ 3 millions de personnes sont passé par le camp et que seulement 200 000 auraient survécue. La population majeur du camp était juive, mais on retrouvait aussi toutes sortes de prisonniers politiques, homosexuel, membre de la résistance contre les Nazis.

Birkenau.
Lorsque j’étais à Berlin au musée situé sous le monument de l’holocauste, on pouvait consulter les archives récupéré après la guerre. Le but étant de retracer le passé de membres de notre famille ayant potentiellement été enregistré dans l’un des nombreux camps de concentration. Eh bien en y entrant mon nom de famille « Dupuis », j’y est découvert qu’une Rachelle Dupuis, qui habitait à Bruxelles, à été gazé à Auschwitz, elle s’était fait prendre à cacher une famille juive dans son atelier de couture. Je me suis donc permit de penser à elle durant toute la durée de ma visite. J’ignore si j’ai un lien familial avec elle, mais je me suis dit qu’au moins je pourrais rendre un petit hommage à sa mémoire.

Prochain billet, un sujet plus joyeux je vous le promets, je vais faire le tour de Wieliczka, une mine de sel.
Intérieure d'une baraque de prisonniers à Birkenau.

lundi 14 novembre 2011

On vibre à Cracovie.

Rynek Glowny.
Cracovie n’est peut-être pas la capitale politique et historique de la Pologne, elle comprend peut-être moins de 1 millions d’habitants, mais il s’agit quand même de la ville la plus vibrante du pays et agit comme capital culturel de la Pologne. C’est donc au rythme des nombreuses boîtes de Jazz, resto bars et boîtes de nuits que je suis tombe sur le charme de cette ville enchanteresse.
Comme tous bons touristes qui arrivent à Cracovie le premier endroit que j’ai visité est Rynek Glowny, que vous pouvez traduire par la place du marché. Absolument superbe, de quoi rivaliser avec sa voisine Prague et son Old Square. La basilique Sainte-Marie domine la place de façon majestueuse et vaut définitivement les dizaines de photos que j’ai prises d’elle, tant de jour que de nuit. Un autre élément intéressant de la place est le Sukiennice, la construction qui est en plein milieu de la place entouré d’une série d’arcade. On retrouve à l’intérieure un petit marché d’artisan, ou l’on vend principalement des jouets en bois, décoration de noël, jeux d’échec et bien sûr, une panoplie de t-shirt et souvenir de la ville à prix exorbitant.
Ruelle rendue populaire par Schlinder's list.
Une fois la vielle ville exploré, une visite guidée de Kazimierz, le quartier juif s’impose. Il est important de ne pas confondre ce quartier avec le ghetto juif créé pendant la seconde guerre mondiale. Kazimierz fût fondé en 1335 et était une ville totalement indépendante de Cracovie, séparé par une énorme rivière. Cette dernière n’existe plus aujourd’hui, c’est maintenant une artère routière importante de Cracovie qui sépare Kazimierz de la vielle ville. Une importante population Juive s’y est installée au XVIe, à la veille de la seconde guerre mondiale on comptait 65000 juifs résidant dans le quartier, versus 2000 aux lendemains de cette terrible guerre. Au premier coup d’œil les rues me semblent extrêmement familière, lorsque le guide nous explique que le quartier a servit de lieu principal pour le tournage du film Schlinder’s List, ayant vue le film plusieurs fois je comprends maintenant le sentiment familier et m’amuse à reconnaître les rues avec les scènes du film auxquelles elles se rattachent.

Moi sur l'une des chaises du monument, poste de garde à l'arrière.
La deuxième partie du tour comprend le ghetto juif et l’usine de Schlinder. Le monument situé à l’entrée du ghetto, la où le poste de garde Nazi était situé, est très intéressant, composer de chaises vide sur lesquelles on peut s’asseoir pour attendre le tramway ou simplement pour relaxer, nous porte à la réflexion. On comprend également un peu plus comment était la vie durant ces années, les enfants étaient la principale ressource pour aller chercher de la nourriture, ils étaient assez petit pour se faufiler dans les égouts et sortir du ghetto durant le jour, pour y ramener peu importe ce qu’ils trouvaient de comestible. Pour ce qui est de l’usine de Schlinder elle est exactement comme dans le film, bien évidemment puisqu’ils ont prit la vrai pour le tournage, visite gratuite tous les lundis par contre les portes ferment à 14h00. Très recommandé si vous voulez en apprendre un peu plus sur l’individu et ce qu’il a accomplis. Ses motifs demeurent toujours un mystère, on ne saura jamais ce qu’il l’a pousse à mettre en danger toute sa famille et sa fortune pour sauver la vie de tant de gens, je crois personnellement qu’il a simplement réalisé qu’il en était capable et avait les moyens pour le faire. Il s’agit d’ailleurs du seul allemand enterré à Jérusalem à l’endroit qui rend hommage aux victimes de l’holocauste.
Basilique Sainte-Marie, Cracovie.
Pour se changer les idées, Cracovie ne manque pas d’option, nous avons optés pour une soirée dans l’un des nombreux cabarets de Jazz. Notre choix : HARRIS PianoJazz Bar. Selon la très gentille demoiselle de l’office du tourisme, il y avait un excellent jeune groupe qui allait jouer et était à ne pas manquer. Eh bien nous ne l’avons pas manqué, j’ai adoré l’ambiance du bar, très petit et très plein et la musique était sensationnelle. Je vous le recommande donc sans faute, ce fût une très belle découverte.

Alors voilà pour Cracovie, prochain un billet je vous fais visiter Auschwitz et Bikernau (Auschwitz 2).
Ps: La dernière photo au bas, est une image de Schlinder's List, la scène de la ruelle que je vous ai montré plus haut.

Image tirée de Schlinder's List.

mardi 8 novembre 2011

Cork et “Blarney Castle”.

Blarney Castle.
Nous voilà donc à la fin de notre voyage en Irlande, où nous avons été embrassé la « Rock of Blarney » et visiter Cork, une ville importante du sud su pays. Pour nous faire un cadeau de départ, l’Irlande à décidé de nous offrir sa température traditionnelle, c'est-à-dire : pluie à boire debout.
Nous commençons notre journée par Blarney Castle, là où se trouve la fameuse roche. Vous devez biens vous demandé quel tout ce buzz autour d’une simple roche ? Et peut-être encore plus quand je vous dit que nous fait tout ce chemin de pèlerin pour embrassé cette roche !!! Eh bien figurez-vous donc que si vous faites de même, cette fameuse roche vous donnera en retour le cadeau de l’éloquence. Vous n’aurez donc plus aucun problème à vous exprimer en publique ou devant une audience. La roche est située sur le domaine du « Blarney Castle » et se trouve en fait tout en haut des remparts de ce dernier, c’est donc suspendue à une centaine de mètres dans les airs. Paraît-il qu’à chaque année des milliers de touristes, mais aussi des politiciens et toutes sortent de gens désirant tirer avantage du pouvoir que la roche leur procurera, se rendent sur les lieux pour l’embrasser. Situé à environ 45 minutes de Cork et l’entrée sur le site coûte 10 Euros ce qui vous donne accès au château ainsi qu’aux jardins.

Cork.
Une fois le pèlerinage de la « Rock of Blarney » terminé, nous nous dirigeons vers Cork, nous avons seulement quelques heures pour visiter la ville, suite au bouchons de circulation qui nous ont ralentis. N’ayant vue que la principal artère commerciale de la ville je ne peux pas vraiment vous recommander ou décommander d’y aller. À première vue Cork à l’air tout à fait charmant, offre toutes les principales attractions touristiques, tours d’autobus etc…. Nous avons donc fait un peu de magasinage et avons terminé notre journée avec une Guinness bien mérité dans un des nombreux pubs de Cork.

C’est donc ainsi que se termine mon voyage en Irlande, je sais que je vous promet un vidéo depuis très longtemps, il est presque terminé, il ne me reste plus que la musique à ajouter au montage.

 Restez à l’affût, mon prochain billet portera sur Cracovie en Pologne, où j’ai visité non seulement la ville, mais aussi le camp d’Auschwitz et la mine de sel de Wieliczka.

Ça promet ;)

lundi 7 novembre 2011

Molly Gallivan et “The American Wake”.

À l'entrée de Molly Gallivan.
Je vous parlais, la semaine dernière, de soirées culturelles plus que populaire en Irlande. Nous n’avions donc pas le choix d’aller assister à l’un de ces événements. Et c’est arrêtant sur le bord de la route pour prendre une photo, que nous avons découvert le « Historical Cottage of Molly Gallivan ». Je vous raconte la soirée.
Molly Gallivan était une fermière du 19e siècle, comme la situation économique irlandaise n’était pas meilleur qu’aujourd’hui, elle était même pire, Molly commença une business de production et vente de « Potcheen » ! Qu’est-ce que la « Potcheen » ? Non ce n’est pas une version irlandaise de la poutine du Québec, il s’agit d’une sorte d’alcool fait à base de patate. Le processus de fabrication prenait environ 1 mois, mais l’avantage était que Molly pouvait échapper aux lourdes taxes anglaises.
Donc après avoir apprit les secrets de la « Potcheen », nous passons au souper, un fantastique « Irish Stew » qui fondait dans la bouche, absolument délicieux, l’un des meilleurs repas du voyage.

Le "Stew".
Maintenant, place à l’évènement principal de la soirée : « The American Wake ». Nous avons donc droit à une représentation théâtrale sur la migration en masse des Irlandais vers les États-Unis et le Canada suite à la terrible famine et mauvaise conditions de vie imposer par l’envahisseur Anglais. Le spectacle comprenait 3 musiciens, qui ont joués plusieurs morceaux, un conteur d’histoire absolument fantastique et de la gigue Irlandaise, sans oublier les 2 propriétaires du cottage qui participant très activement.

Finalement une excellente soirée, fort sympathique que je recommande à tous si vous êtes dans la région de Kenmare, le prix total de la soirée était de 40 Euros (été 2011) et comprenait le souper et le vin avec un « Irish coffee » pour finir en beauté.
Prochain billet ont va à Cork et ont termine le voyage en Irlande pour commencer celui sur Cracovie.

A+

mercredi 26 octobre 2011

Les péninsules Irlandaise.

Sud de l'Irlande.
De retour sur le blogue, après presque deux mois d’absence, j’ai été très occupé à organiser mon prochain voyage, en plus de travailler 7 jours semaine et bien sûr, un petit voyage à Cracovie, dont je devrais vous parler à partir de la semaine prochaine.  

Revenons sur notre voyage dans le sud de l’Irlande. Après s’être installé dans notre petit chalet à Bantry, nous consultons nos cartes routières et décidons de faire des tours de voitures dans ce que les Irlandais appellent des « rings », en d’autres termes, des péninsules ! Autours de notre quartier général Irlandais, nous en avons 5 très facilement accessibles.

Waterville, Irlande.
Il faut le voir pour le croire, ces expéditions en voitures offres des paysages à coupé le souffle ! Chaque tournant nous procure une vue imprenable sur ce coins de pays. J’ignore combiens de différentes teintes de vert il existe, mais je vous assure que l’Irlande n’en manque pas une. Que ce soit une vue sur une montagne, une plaine ou une forêt, la palette complète s’y trouve.

L’autre élément intéressant sont les petits villages que nous croissons sur notre routes, chacun a une personnalité bien particulière.  Que ce soit le village où Charlie Chaplin passait ses vacances d’été ou un stop populaire pour les pêcheurs du coins, ils sont remplis de charmes et de… pub ! Les marchés locaux triomphes dans les rues colorées et crée une ambiance festives bien unique à l’Irlande.



Sister's view, Irlande.
Autre point important, lors de ces nombreux tours d’autos, j’ai remarqué que l’intérêt pour leur folklore est extrêmement présent. Et pas seulement dans le but de divertir les touristes, presque chaque pub offres des soirées de chant, musique et danse traditionnelle, les spectateurs sont autant Irlandais qu’étranger.   Un peu comme si chaque bar à Montréal offraient des soirées Québécoise et que la salle était pleine de québécois, maintenant répéter l’expérience 365 soirs par années, ça vous donne une idée de l’importance de leur culture. On peut comprendre ce phénomène simplement en regardant un peu l’histoire du pays, l’Irlande a été envahie par l’Espagne, la France et l’Angleterre à plusieurs reprises. Les Irlandais ont été privés de leur culture durant de nombreuses années, juste parler Celtique pouvait s’avérer une offense inacceptable aux yeux de la couronne du pays envahisseur et même durant une certaine époque, valoir la peine de mort !

Parlant de soirée culturel, surveillez mon prochains billet, j’ai assisté a une soirée chez Molly Gallivan, une trafiquante d’alcool de la région de Kenmare. Je vous raconte tout ca bientôt !

A+

mardi 6 septembre 2011

Dégustation à la East India Company.

Magasin de la East India Company, Londres.
Avez-vous déjà entendu parler de l’East India Company? Rappelez-vous un peu vos livres d’histoire, ou encore des films PiratesOf the Carribbean, où Jack Sparrow croise le fer a plus d’une reprise avec les bateaux de cette compagnie qui a formé une bonne partie du monde que l’on connaît aujourd’hui. Je me suis retrouvé dans leur superbe magasin pour une dégustation de thé des plus intéressantes. Je prends donc une petite pause de mon voyage en Irlande pour vous parler de cette soirée.

Un peu d’histoire pour vous mettre dans le contexte. La compagnie a été créée en 1600 par nulle autre que la reine Elizabeth 1re et un conglomérat de marchands possédant tous des bateaux pour y pratiquer le commerce.  Vous aurez donc deviné que le but de la compagnie était d’aller chercher des produits dans les diverses colonies et de les revendre à la haute société européenne. Ils ont par le fait même établi les principales routes commerciales, encore utilisées aujourd’hui. On leur doit également la création de villes bien connues telles que Hong-Kong et Singapore, entièrement financées par la compagnie afin d’y établir des postes d’échanges commerciaux. De plus, ils ont eu une influence assez importante sur Bombay (Mumbaï), c’est d’ailleurs à la suite des développements qu’ils ont apporté à la ville qu’on lui a donné le surnom de Gateway of India. À un certain point, la compagnie était responsable de plus de 50% des échanges commerciaux effectué autour du globe!
Magasin de la East India Company, Londres.
Vous pouvez donc vous imaginer ce à quoi leur magasin ressemble après 400 ans de business. En d’autres mots, il est absolument superbe, chaque produit semble être de très haute qualité et son emplacement soigneusement étudié. Avant la dégustation, pendant que les divers blogueurs socialisaient, on nous a servi un verre de Trade Roots, comparable à une sorte de party punch à base de thé vert au gingembre, de sucre de canne de la East India Company et de rhum brun. Par la suite, il est temps de passer aux choses sérieuses, on nous a expliqué brièvement l’histoire de la compagnie ainsi que celle du thé et son processus de sélection. On nous présente également au Tea Master, un monsieur fort sympathique qui sait absolument tout sur ses produits. 

La dégustation débute par après, nous avons droit au Silver Cloud, un thé blanc, un goût très léger comme à si bien dit Vanessa, mais pas mon préféré. Le deuxième était le Long Jing, un thé vert. Finalement le George St-Aunton Earl Grey, un thé noir avec un goût assez prononcé, bref comme je les aime quoi !
En conclusion, ce fut une activité très agréable après le boulot, qui sortait de l’ordinaire. La prochaine dégustation sera avec quatre thés provenant du Japon, j’attends les renseignements ;-)

À +
Magasin de la East India Company, Londres.

vendredi 2 septembre 2011

À la conquête du sud-ouest !

Rock of Cashel
Après quelques jours à Dublin, l’appel de la nature irlandaise se fait entendre. Il est temps d’aller explorer le pays un peu en dehors de sa capitale. Après tout, mon père n’a pas acheté une nouvelle puce ainsi que de nouvelles cartes routières pour son GPS sans raison ! 

C’est donc avec joie que nous sommes allés chercher notre voiture de location, qui nous mènera, avec l’aide de mon père et de son fidèle GPS jusqu’à Bantry, un petit village dans le sud-ouest du pays.



The « Rock of Cashel »

Notre premier arrêt à l’extérieur de Dublin a été à Cashel, un petit village à mi-chemin entre Cork et la capitale irlandaise. L’arrêt est extrêmement populaire auprès des touristes à cause de ce que l’on appelle The Rock of Cashel. Il s’agit d’un ancien château en ruines qui servait de fief aux rois de Munster,  dans le comté de Tipperary-Sud dans lequel se trouve le village. Ce dernier est par la suite devenu un monastère. L’endroit est en pleines rénovations, afin d’offrir aux visiteurs une expérience des plus intéressante. Nous avons eu droit à un guide fantastique, très passionné par le sujet qui nous offert une performance absolument remarquable. La visite ne coûte que quelques euros, ce qui en fait un arrêt incontournable si vous êtes dans la région.

Rock of Cashel.
**Avertissement : à ce stade de votre voyage, vous aurez sûrement déjà remarqué le climat instable du pays ! Climat qui a découragé les troupes espagnoles et françaises auparavant, il est donc important de traîner son parapluie et imper, et ce, même s’il fait un parfait soleil lorsque vous êtes dans le stationnement ! Croyez-moi, durant notre visite, qui a duré environ 1 heure, il a plu, fait soleil et même grêlé, sans parler du vent parfois agréable et parfois complètement déchaîné !

Par la suite, nous entamons la deuxième partie de notre journée, la route finale vers Bantry. Un village au bord de la mer, où nous avons un petit chalet pour le reste du voyage. Il deviendra le quartier général de notre conquête du sud-ouest. En effet, ma mère, une voyageuse d’expérience, nous a déniché l’endroit parfait, à 5 minutes de l’eau, 1 heure de Cork, centralisé au milieu de tous les incontournables de la région. C’est donc ici que nous allons nous baser pour l’exploration de ce coin du globe qui nous offre les 4 saisons en une journée, des paysages à couper le souffle et de la Guinness !

Premier souper à Bantry.




mercredi 10 août 2011

Dublin part 2.

La statue de Molly Malone, Dublin.
Je vous ai parlé de la Guinness et de James Joyce, mais Dublin a beaucoup plus à offrir. Par exemple, connaissez-vous Molly Malone ? Avez-vous déjà vue le « Book of Kells », ou encore bue une pinte de bière dans Temple Bar ? La capitale irlandaise est pleine de surprises, en voici quelques-unes.

Molly Malone:
L’histoire de cette poissonnière de le jour et prostituée de le soir, est originaire d’une célèbre chanson, qui, selon plusieurs, est devenue la chanson représentant Dublin. Nous n’avons aucune preuve que Molly ait existé, mais, selon la chanson, elle aurait été d’une beauté incroyable et d’après la statue la représentant, elle avait une poitrine plus que généreuse… Toujours selon la chanson, elle serait morte assez jeune d’une fièvre!

À l'intérieur du Trinity College.
« The Book of Kells » :
Passons aux choses sérieuses, protégé par les murs du Trinity College, se trouve le fameux « Book of Kells ». Qui aurait été rédigé entre le VIe et IXe siècle par des moines irlandais. Le livre est d’une beauté très impressionnante, lorsqu’on se trouve devant, on comprend tout le sens de l’expression « un travail de moine », chaque page est dessinée à la main, les détails n’en finissent plus. Chaque lettre est une œuvre en soit, contours en or et précision inouïe, bref à ne pas manquer! L’exposition est d’ailleurs très bien faite, on passe tout d’abord à travers les origines du livre et ensuite on nous explique l’alphabet qui est utilisé. On y décortique également l’art qui entoure chaque page. Le livre est tellement précieux et fragile que ses gardiens tournent une page par année, l’œuvre comprend plus de 2000 pages, ça vous donne une idée…

Temple Bar :
Situé en plein cœur de Dublin, Temple Bar est probablement le quartier le plus populaire de la ville. Ce dernier déborde d’institutions culturelles et son night life est légendaire. On y retrouve entre autres le Irish Photography Centre, le Irish Film Institute, le Art House Media Centre et la liste est encore longue. Les Irlandais sont fiers de leur culture et elle est extrêmement bien représentée à travers leur capitale. Chaque pub annonce des soirées traditionnelles avec gigue et musique et Temple Bar ne fait pas exception à la règle, avec le Porter House, qui est probablement l’établissement le plus populaire du quartier avec ses 15 bières « on tap », dont une au chocolat ! Ma mère se mord sûrement les doigts d’avoir manquée cette dernière….

Comme vous voyez, Dublin regorge de vie et peut fortement faire compétition àa New York pour le titre de la ville où l’on ne dort jamais. Cette destination est placée trouve très haut dans mon palmarès et j’y retournerai sans faute….

La semaine prochaine, on prend la route pour Bantry dans le sud-ouest du pays.

A+

Enhanced by Zemanta

vendredi 22 juillet 2011

Le blogue a maintenant 1 an!

Voyage au max!
Eh oui, il y a maintenant 1 an en juillet 2010 je commençais à vous raconter mon voyage en Inde. Depuis Voyage au max vous a amené à travers 9 pays, 3 continents et 6 capitales.

Voyage au max, c’est 48 articles, 9 vidéos, 7075 « pages views », le site ayant amené le plus de trafic est Twitter, suivit de près par www.theswapblog.ca .

Un énorme merci à tous ceux qui ont commenté et donné leur opinion, afin que je puisse m’améliorer.

Moment parfait!
On reprend l’écriture dès la semaine prochaine, en poursuivant sur mon voyage en Irlande. J’ai été extrêmement occupé au cours des dernières semaines avec 3 emplois, eh oui 3 emploies ! Dans le but de faire le plus d’argent possible et de réaliser un autre projet, que je garde secret pour l’instant, fin de vous faire la surprise quand le tout sera fin prêt !

Concours :
Écrivez-moi votre ville préférée où vous avez voyagé, incluant la raison bien sûr et je vous envoie une carte postale. Je vais choisir 3 personnes au hasard.

Vous pouvez me retrouver via les médias suivants :
Twitter : @thetravelmax
Youtube channel: travemaxful

À bientôt ;-)
Enhanced by Zemanta

mardi 5 juillet 2011

Au royaume de la Guinness !



Enhanced by Zemanta


Guinness Store House.
Ah Dublin ! Cela faisait longtemps que je voulais aller y faire un tour, c’était donc avec beaucoup d’excitation qu’à 4h00 du matin un jeudi, j’étais à l’aéroport, sac au dos, prêt pour une nouvelle aventure.

À notre arrivée à destination, le soleil nous souhaite la bienvenue et nous invite en ville (chose rare pour l’Irlande). Retrouvaille avec mes parents, presque  exactement un an après leur dernière visite à Londres. Grâce au système de transport en commun rapide et bon marché, nous sommes au cœur de la ville en peu de temps.

James Joyce!
Nous nous dirigeons pour notre première activité, une marche ayant pour thème le roman de James Joyce, Ulysse. James Joyce est un célèbre écrivain irlandais, la ville regorge d’indices nous permettant de revivre les épopées de ses personnages et de l’auteur lui-même. Le James Joyce Centre peut vous aider à organiser votre séjour si vous êtes un fan et les guides sont très passionnés par le sujet, étant eux-mêmes étudiants en littérature. Vous pouvez d’ailleurs regarder au bas de ce billet, je vous ai inclus quelques articles sur le Bloom’s Day, une journée entièrement dédié au roman!

Mais c’est notre deuxième activité que j’attends avec impatience. The Guinness Store House, l’usine même où la fameuse bière sacrée est brassée ! L’expérience est vraiment bien faite, on nous présente tout d’abord le bâtiment  en soi, qui jouît d’un bail de plus de 9000 ans, oui 9000 ans ! Pas de déménagement au 1er juillet pour Mr. Guinness ! On est ensuite guidé à travers les ingrédients qui constituent la bière, suivit par le procédé de fabrication. Par la suite, on en apprend sur les activités internationales de la marque et étant un grand fan du marketing intelligent, j’avoue avoir passé quelques temps rivé à l’un des nombreux écrans à y visionner des pubs. On y montre l’évolution des différentes publicités depuis ces tous débuts.

Le tout ne s’arrête pas là, la visite devient encore plus interactive, avec des questionnaires sur nos connaissances par rapport à la consommation d’alcool, l’opportunité de verser notre propre pinte et d’obtenir un certificat Guinness.

Par contre la partie la plus attendue est évidemment la grande finale : la dégustation !
Au Gravity Bar.
En effet la finale est parfaite, on échange notre billet d’entrée contre une pinte au sommet de l’usine dans ce qu’ils appellent le « Gravity Bar », un bar avec une vue panoramique à 360 degrés de la ville. Ça donne l’impression que Guinness trône sur Dublin et le reste du pays, on comprend son importance et son impact sur la culture du pays. D’ailleurs en se promenant dans le reste de ce dernier, expédition dont je vais vous parler au cours des prochaines semaines, on remarque toujours l’omniprésence du produit. Les Irlandais en sont fiers et ils ont raison de l’être !

Ne vous inquiétez pas ceci n'est pas mon seul billet sur Dublin, le "National Museum of the Leprechaun" sera d'ailleurs dans ma prochaine publication ! C'est simplement celui que j'avais le plus hâte d'écrire.

Autre petit conseils, ne partez pas sans réserver votre hôtel à l’avance, comme je l’ai mentionnez plus haut, Dublin est une ville vibrante et les hôtels se remplissent vite. Je recommande personnellement www.hotelclub.fr qui vous permet de choisir par quartier, ce qui est très pratique et vous permet de logé près de vos intérêts principaux.


Alors à la prochaine et longue vie à la Guinness !
Related articles

mercredi 15 juin 2011

Vacances!!!

Voyage au Max! (Amsterdam)
Enfin quelques vacances bien méritées ! Eh oui je pars en Irlande pour 10 jours, rejoindre mes parents à Dublin pour un petit du sud de la république. Je vous annonce officiellement que je n’ai pas été sélectionné pour le 3e tour de sélection de La Course Évasion autour du monde. Comme j’avais dit auparavant, le résultat de mon vidéo sur Cricklewood, mon quartier anglais, m’avais déçue, je peux faire mieux. Donc je vais me pratiquer à faire du vidéo et l’année prochaine je réessaie en force. Alors donnez moi vos opinions sur les vidéos que je vais afficher via ce blogue dans les prochains mois, toutes critiques constructives sont les bienvenues.  

Et voici votre première occasion de le faire en visionnant mon clip d’intro, qui se retrouvera au début de chacun des vidéos produits pour ce blogue. Ces encore au statut expérimentale, mais j’ai besoins de vos critiques !



Je vous laisse quelques blogues qui m’inspirent et me divertissent, en attendant de vous présentez mes aventures Irlandaises.

http://www.worldpartytour.tv/ 3 français qui couvrent les évènements festifs les plus courues de la planète, ils étaient d’ailleurs à Montréal pour nous présenter le dernier MUTEK, ils ont également découvert les Piknic électronik et les TamTam.

http://entransit.ca/ La fameuse Marie-Julie Gagnon, qui revient d’un voyage en Turquie et en Suisse.

http://vanessaalondres.blogspot.com/ Vanessa, qui comme moi est installé à Londres, elle vient de se faire invité par la reine d’Angleterre au Garden Party du Buckingham Palace.

http://www.ludoautourdumonde.com/ Un autre compatriote français qui, lui aussi est partit en tour du monde, aux dernières nouvelles, il vient d’arriver à Bangkok, Thaïlande.

http://www.romain-world-tour.com/ Un membre du trio du World Party Tour, qui vient de faire un superbe vidéo sur Montréal.

Bonne St-Jean à tous. Moi je serais en Irlande pour la célébrer, et vous ?

mercredi 8 juin 2011

Un zoo la nuit.

La gagne du Late Night Zoo!
Non ce billet n’à rien avoir avec le film de JC Lauzon, à l’exception de son titre. Vous aurez devinez que nous allons au zoo et on y va le soir en plus. En effet c’est le retour de la saison estival à Londres, donc le retour des soirées Late Night Zoo. Chaque vendredi soir du mois de juin et juillet, ZSL ouvre ses portes au public et adulte seulement svp! Pourquoi? Simplement parce que l’endroit est convertit en boîte de nuit, Head phone party, bar à champagne, Sunset Safari Bar ou encore le Pingouin Bar toutes les raisons sont bonnes pour faire la fête dans un endroit hors de l’ordinaire. 
Le prix d’entrée est malheureusement exorbitant, £18.50, mais comme vous me connaissez, j’ai déniché un 2 pour 1 sur le web ce qui rend le tout plus abordable. Une fois arrivé au Zoo, nous constatons que nous avons un horaire plutôt chargé, en effet la soirée débute à 18h00 et l’accès aux animaux est seulement jusqu'à 21h00 et le site ferme ses portes à 22h00. Si vous comptez le temps de vous procurer un drink et mangez un burger, il n’en reste pas beaucoup pour visiter l’endroit.
THE Tiger of the London Zoo, ma photo préféré!
Grâce au petit programme qui nous est remis à l’entrée, nous établissons nos priorités, nous optons pour le spectacle des pingouins, dans leur nouvel habitat tout juste reconstruit pour la plus grosse colonie de pingouins à Londres. (Je ne savais pas qu’il y avait d’autre colonie de pingouins en ville!!!)  Notre second choix est le show avec les lions, que nous ratons de peu malheureusement, toutefois, ceci nous a permit d’apercevoir la vedette du Zoo le tigre! Vraiment passionnant comme animal, définitivement le plus spectaculaire et biens sur la brasserie qui vend la Tiger Beer s’est installé un kiosque juste en face de sa cage, un placement marketing bien stratégique!!! Je vous invite d’ailleurs à visiter la page du zoo intitulé Tiger-SOS.
Moi et Daphné au Silent Disco, London Zoo.
Après avoir passez le temps restant pour voir les animaux entre les gorilles, les kangourous, les vautours et autres espèces hors de l’ordinaire, nous allons au Head phone party. Une super piste de dance, à quelques pas de la cage du tigre, je vous ai déjà parlé du concept sur mon billet à propos de Palolem (Goa, Inde), on vous donne une paire d’écouteur avec différents canaux de musique, vous sélectionnez le style qui vous intéresse et c’est partie! Le plus c'est quand on enlève nos écouteur et qu'on entends juste le monde chanter la chanson à haute voix!

Bref ce fût une soirée fort agréable qui change du traditionnelle Friday night pub, je recommande cette activité à tous et à toutes si vous êtes à Londres un vendredi de Juin a Juillet.
A+

jeudi 2 juin 2011

Londres c'est gratuit!

Comme tous jeunes voyageurs, mon porte feuille à finit par se vider, mais heureusement pour moi, j'habite à Londres! Une des villes les plus dispendieuses en Europe.

J’ai eu l’idée pour ce billet suite à un article publié cette semaine dans le magazine TNT, un magazine hebdomadaire pour les « backpackers » qui viennent s’établir à Londres pour une période à long terme. En y réfléchissant un peu, je suis venue à la conclusion qu’en effet, Londres est probablement  la capital Européenne avec le plus de gratuités, ce qui aide fortement à son coût de la vie très élevé.
Alors voici quelques activités gratuites pour occuper votre visite :
Logo du TATE
Tout d’abord, la National Gallery et la National Portrait Gallery offrent des œuvres absolument fantastiques, que ce soit Van Gogh ou encore l’incroyable collection des Canaletto, ces peintures qui représentent Venise d’une façon tellement clair qu’on dirait une photo haute résolution. Le tout pour la modique somme de £0.00, ajouter à la famille des musées gratuit le TATE Modern, la BritishLibrary avec le manuscrit original d’Alice au pays des merveilles et le BritishMuseum avec ses collections de trésors piller par l’empire Britannique au cours de sa conquête de la planète. Voilà de quoi occuper vos fins de semaine pour plusieurs mois!
Les musées ne sont pas votre tasse de thé? Pas de problème, peut-être un peu de d’opéra vous conviendra plus. En effet le RoyalOpera House projette en direct sur écran géant à Trafalgar Square quelques performances dans le cadre du BP Summer Screen.
Pas un fan de l’opéra! Ok, que diriez-vous d’un petit film Coréen, qui soit dit en passant sont parmi les meilleurs films d’action que j’ai vue! Toutes les deux semaines, la Korean House, organise une soirée gratuite afin de promouvoir le tourisme dans leur pays, j’y est découvert des films qu’y font paraitre les meilleurs Tarantino comme des films de Walt Disney, visionnez I Saw the Devil et vous comprendrez!!!
Le iTunes festival est très attendus!
Plusieurs concerts gratuits ont également lieu, je penses entre autre au i tunes festival  qui accueille cette année nul autre que SwedishHouMafiase  et Linkin Park .  Spectacles pour lesquels je suis d’ailleurs dans le ballot pour obtenir des billets, il faut s’inscrire sur le site web de l’évènement pour avoir une chance d’avoir une place parmi la foule.
Bref la capital anglaise ne manque pas d’activités gratuites, une belle façon de garder son porte feuille intacte pour voyager!

Pour finir cliquez sur cet article, qui dresse un palmarès des top 50 activitées gratuites à Londres!
A+

mercredi 25 mai 2011

Documentaire et Rugby 7s.

Twickenham Stadium.
Toutes mes excuses pour les 2 dernières semaines sans avoir publié de billet sur le blogue! Je suis en manque de temps, je travail maintenant 7 jours semaines… Et oui, je suis guide touristique au Tower Bridge les fin de semaines. Et en plus de devoir travailler à pleine capacité, j’ai la grande joie de vous annoncer que j’ai été choisi avec 115 autres participants pour la seconde étape de sélection de la Course Évasion autour du monde j’ai même une page sur le site du canal Évasion!  Je devais donc produire un reportage de 3 minutes sur mon quartier : Cricklewood. Vous pouvez visionner le résultat ici. Ou encore aller dans la section vidéo de ce blogue en cliquant sur l’onglet en haut.
C’est beaucoup plus difficile que ce que croyais de réaliser un court documentaire!!! Premièrement ce fût le début et la fin de ma relation avec un appareil de marque SONY, moi qui est un amoureux de Canon. J’avais enregistré une entrevue avec un joueur de foot de Cricklewood United, que vous voyez à la fin du vidéo, mais aucun ordinateur n’arrivait à lire les fichiers vidéos!?! J’ai finalement réussi à l’utiliser grâce à un logiciel de montage vidéo que je ne connaissais pas et croyez moi ça prends plus que quelques heures pour apprendre à se servir d’un logiciel lorsqu’on est habitué au très « user friendly » Windows Movie Maker! J’ai donc fais de mon mieux et ça à donner ce que ça a donné. Je suis personnellement déçu du résultat, mais bon les dés sont lancés, comme dit ma mère.
En passant prenez le temps d’aller voir les vidéos des autre candidats sur youtube, il y en a d’excellent!!!

La foule qui célèbre l'Angleterre en train de planter le Canada!
Par contre tout ceci ne m’a pas empêché d’assister au Rugby 7, un gigantesque tournoie regroupant plus de 14 pays, dont le Canada. Laissez moi vous dire que ce n'est pas un sport pour les ti-gars, ça fesse dans le dash comme on dit chez nous au Québec. Cette version du jeu est selon moi la plus excitante, seulement la moitié des joueurs sur le terrain, le jeu va donc plus vite et il y a plus de points qui s’ajoute au tableau. Mais c’est plus pour l’ambiance dans les estrades que l’on assiste à cet évènement, chaque année, les organisateurs choisissent un thème différent, par exemple celui de cet édition était « Beach Party ». Les spectateurs arrivent donc en costume et font la fête tout en encourageant leur équipe favorite. Pour ce qui est du Canada, nous avons fait piètre figure, aucune victoire et avons subit un massacre face à l’Angleterre. La France, autre équipe à laquelle je m’identifiais un peu étant Québécois, n’a pas fait mieux, en perdant contre le Pays de Galle. Le grand gagnant du tournoie fut donc l’Afrique du Sud, avec une fantastique finale contre l’ile de Samoa. J’ai adoré l’expérience et aimerait beaucoup la répéter dans le futur.

Twickenham Stadium.
J'ai appris que le même tournoie se déroule également à Dubaï et à Hong Kong, peut-être un prochain voyage entre boys....

Paraît-il que le Rugby Gaélïque est encore plus intense, ils ont même le droit de dribbler avec le ballon et la rumeur dit qu'ils remplacent le Gatorade par de la Guiness!

 Je vous dit à la semaine prochaine et vous promet un petit vidéo sur ma journée au Rugby 7!!!





Moi qui ne supportais pas le Canada!

jeudi 5 mai 2011

Un long weekend à Amsterdam.

Amsterdam!
Pour la fin de semaine de Pâque, j’ai eu la chance d’aller à Amsterdam, une ville absolument fantastique et dont les gens ont des opinions plus que mitigées. Certains y vont seulement pour consommer du pot et y faire la fête, d’autre pour les musées ou encore pour la beauté de la ville.

Situé à une dizaine d’heures d’autobus de Londres, ma journée commence tôt, je devais être au point de rendez-vous à 5h45 du matin! J’étais dans un état terrible, ayant participé à un mariage la veille, disons que je n’ai pas eu beaucoup de sommeil. Comme j’étais le « group leader » pour BUNAC, la compagnie où je travail, je devais être rempli d’énergie…

Après un petit stop de 3 heures à Bruxelles, durant lequel j’ai bue de la KWAK et me suis acheté une bouteille géante de la Blanche de Namur, grande gagnante du festival de la bière Belge de 2009, j’arrive enfin à Amsterdam! Notre première activité au programme consiste à participer à un tour de péniche dans les fameux canaux. Fantastique, étant à ma 3e fois dans cette ville je ne peux pas croire que je ne m’y suis jamais adonné avant! Prochaine fois je loue ma propre barque pour faire mon propre circuit, j’y ai appris que les canaux situé au centre de la ville qui sont daté du 17e siècle, sont protégé par l’Unesco.
Amsterdam, vélo et cannaux!
Deuxième activité, si je ne compte pas le « check in » au Flying pig, qui fût des plus stressants, j’ai même eu droit à une pinte de bière gratuite de la part du gérant pour avoir eu « dealer » avec les 20 adolescents âgés de 18 à 30 ans. Non j’exagère, seulement 2 m’ont donné de la difficulté, mais ça s’est réglé une fois qu’ils se sont retrouvés dans le même dortoir que leur amis! Bref cette deuxième activité consistait à un tour guidée du fameux  De Wallen  autrement connue sous le nom de « Red light ». Je suis resté un peu déçu de ce tour, le guide nous expliquait plutôt son fonctionnement que son histoire. J’ai donc été voir une autre source pour en apprendre plus sur son origine qui date du moyens âge et j’ai été très surpris d’apprendre que c’est Napoléon qui a lancé ce quartier sur la voie commerciale que plus de 4 millions de touristes visite chaque année! Je termine ma soirée au Dampkring, le « coffee shop » le plus populaire d’Amsterdam, j’ai découvert cette place en 2006 avec mon amis Amine, il s’agit du café où ils ont tourné « Ocean’s Twelve ».

Cliché Hollandais!
Le lendemain, nous allons visiter une fabrique de Clog et de « fromage », j’ai passé la matinée à prendre des photos des gens de mon groupe dans un Clog géant, faut pas oublier que je suis là comme groupe leader, je travaille attention! N’empêche l’endroit était superbe, il y avait de magnifique moulin, bref tous les cliché de la hollande rassemblé au même endroit.

Le reste de la fin de semaine fut partagé entre bar, café, Anne Frank Museum et visite du Vondelpark  (l'un des plus parc que j'ai vue) à bicyclette. En parlant bar, il y en a un en particulier, j’ignore le nom, il est en dehors de la zone touristique, c’est facile en ligne droite sur la rue de la gare de train principale, vers la droite lorsque vous regarder cette dernière, environ 20 minutes de marche, sans jamais tourner, toujours en ligne droite. Vous allez voir c’est facile l’endroit est sous un Moulin géant que l’on aperçoit de très loin! C’est en faite une brasserie, donc ils vendent leur propre bière, à un prix hyper abordable, en fait moins cher que partout ailleurs en ville, c’est simple le meilleur endroit à Amsterdam pour boire un verre. Ah oui ils ne parlent que le Dutch, mais ne vous inquiétez pas, le mot « bière » est universel!!!
La brasserie dont je vous parle plus haut, vous ne pouvez pas la manquer!!!